En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

actuellement - Hans Reichel (1892-1958), lumières intérieures à venir - Modernités Portugaises 2021 - Martin Guillaume Biennais 2021 - Paul Durand-Ruel et le post-impressionnisme 2021 - Marie-Noëlle de La Poype 2020/21 - Christelle Téa 2019 - LUIS MARSANS 2019 - Charlotte de Maupeou 2019 - MARKUS LÜPERTZ 2019 - Eric liot 2019 - DANS L'ATELIER DU PEINTRE au XIX EME 2018 - La Beauté des lignes 2018 - La Porte des rêves
2021 - Marie-Noëlle de La Poype

2021 - Marie-Noëlle de La Poype

22 mai 2021 - 24 octobre 2021

A L'Orangerie

Photosynthesis

Installation de sculptures

Cette artiste belge, docteur en droit, réalise son rêve en 1991, en entrant à l’académie des beaux-arts de Braine l’Alleud. Sa démarche plastique s’inspire de la vie ; retournant aux origines, elle tente de retrouver l’appel du sacré et du mythe. La culture distingue l’homme des autres espèces vivantes et l’oppose à la nature, nature à laquelle l’homme ne cesse d’appartenir. Cette ambivalence crée une tension, une crise parfois, qui est l’essence même de la condition humaine. Pour elle tout est relié dans l’univers. 

Pour créer « Photosynthesis », elle sculpte le vide et utilise des fils d’acier inoxydable pour l’appréhender. Certains pourront y voir des végétaux, métalliques, tel un bug dans la théorie de l’Evolution de Darwin, d’autres une conception cosmologique fondée sur l’idée du souffle du vide médian, à la fois matière et esprit. 

L’installation est présentée sur un fond sonore conçu par l’artiste et Joffrey Bibard, jeune artiste du son ; travail autour de la captation du bruit inhérent à la vie de la forêt et d’un arbre.

Une composition en quatre temps, qui à l’instar du livre de Peter Wohlleben, éveille la curiosité sur les rouages secrets de nos congénères végétaux.

Premier temps : le voyage vibratoire débute par une entrée dans la forêt ponctuée de chants d’oiseaux. La musicalité évoque une atmosphère verdoyante.

Second temps : Une immersion au cœur du système de pompage le plus efficace au monde. L’eau afflue, l’arbre se nourrit, le rythme est régulier.

Troisième temps : Le pouls de l’arbre en état d’alerte s’accélère. L’arbre s’inquiète, manque d’eau ?  Sécheresse proche ?

Quatrième temps : La dernière étape, la vie ou la mort, être sauvé ou non. L’arbre se met en état gazeux, le son craquèle, éclate pour un appel à l’aide.

Au travers de cet arrangement, Marie-Noëlle de la Poype rappelle que hertz et vibrations influent puissamment sur l’humain, son corps, son énergie. Des ondes par ailleurs identiques à celle qui emplissent le vide capté par ses végétaux métalliques. L’illustration acoustique du vide et de ses vibrations comme le lien d’un Tout.

Billetterie