En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

2023 - Carte blanche contemporaine 2023 - Figuration. Un autre art d’aujourd’hui 2022 - Hans Reichel (1892-1958), lumières intérieures 2022 - Modernités Portugaises 2021 - Martin Guillaume Biennais, L'orfèvre de Napoléon 1er 2021 - Paul Durand-Ruel et le post-impressionnisme 2021 - Marie-Noëlle de La Poype, Photosynthesis 2020/21 - Christelle Téa 2019 - LUIS MARSANS, Le temps suspendu 2019 - Charlotte de Maupeou 2019 - MARKUS LÜPERTZ, Oser la peinture 2019 - Eric liot 2019 - DANS L'ATELIER DU PEINTRE au XIX EME 2018 - La Beauté des lignes, Chefs-d’œuvre de la collection Gilman et Gonzalez-Falla 2018 - La Porte des rêves, Un regard symboliste
2019 - DANS L'ATELIER DU PEINTRE au XIX EME

2019 - DANS L'ATELIER DU PEINTRE au XIX EME

1 juin 2019 - 27 octobre 2019

A La Maison Caillebotte

Peintures de Corot, Boudin, Caillebotte

L'existence, dans la maison Caillebotte, de l'atelier du peintre nous a incités a explorer ce thème du début du XIXe siécle, aux années 1870-1880, époque à laquelle Gustave Caillebotte expose avec ses amis. Au début du siécle les artistes reviennent aux méthodes d'avant la révolution française et utilisent l'atelier comme un lieu d'apprentissage puis comme un lieu exclusif de création. Ce lieu peut présenter certaines alternatives, comme celui du débat entre artistes et amateurs, ou même comme espace mondain que les membres de la bonne société se plaisent à fréquenter.

A partir du milieu du XIXe siècle, une autre pratique se développe, initiée par Corot, Courbet et Boudin qui est celle de la peinture en plein-air, reprise et  développée par les impressionnistes dont les principaux interprètes sont Monet, Renoir et Sisley, ceux-là mêmes qui sont soutenus par l'appui financier de Gustave  Caillebotte. On pourrait donc s'attendre à ce que ce dernier se mette dans les pas de ses amis.

On découvre avec surprise et contrairement aux apparences que Gustave Caillebotte, issu des ateliers de l'école nationale des beaux-arts réalisera tout au long de  sa carrière des compositions qui nécessitent une mise en forme studieuse, préparées par de nombreux dessins préparatoires puis par des esquisses peintes.  Comme en témoignent les  Raboteurs de parquet . Ami des impressionnistes, Gustave Caillebotte le fut et soutien plus encore de certains d'entre eux, mais ni les sujets qu'il choisit, ni la technique qu'il  employa ne peuvent le rapprocher de ces derniers. A ce titre, il fut un "impressionniste" à part.

maison caillebotte 14h - 18h30

Billetterie